Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 18:33
LA RENCONTRE DU FUTILE ET DE L’AGREABLE

Dominer ses instincts démoniaques. C'est le défi lancé à un empereur dont même la couleur du costume rappelle la tyrannie des êtres blasés par les insatisfactions du pouvoir.

De touches colorées, le décor ne manque pas. Pour ainsi dire, il baigne dans le rouge. La mise en scène, rythmée par le doux tintement de clochettes, laisse transparaître un joli décor. L’empereur, qui est chinois, est incarné par Marc Lallement. Il porte un costume, des têtes d’enfants sont cousues dans les manches.


Et toute la journée, il ordonne qu’on fasse disparaître cette petite fille ou ce petit garçon, comme le ferait un ogre. C’est alors qu’apparaît un joli petit oiseau, fin comme une perle dont le chant mélodieux envoûte de bonheur. Marie-Claire Delay, joue ce rossignol qu’elle anime parfaitement de sa voix de soprano. Et si au début, l’empereur est agacé, il se laissera bien vite séduire par le charme de ce petit être fragile. Mais, les conseillers de l’empereur, jaloux de cette situation, décident d’acheter à l’empereur un oiseau mécanique afin d’évincer le premier. Fiers de leur idée, ils lui racontent même que le rossignol l’a définitivement abandonné. L’empereur s’entiche d’abord de ce jouet mécanique mais cela ne durera pas. Très vite hors d’usage, il se fâche et peste après lui. Le rossignol revient alors combler la solitude du maître avec sa légèreté habituelle.

L’oiseau du paradis


Ce conte est superbement doux. La musique accompagne l’histoire comme un enchantement. Le public est captivé et les enfants s’interrogent. Cette version revisitée du conte d’Andersen, fait l’économie d’une bonne partie du texte mais c’est tout à son avantage. L’histoire est simplifiée à bon escient. Le conte n’en est que plus abordable dès le plus jeune âge. Les costumes sont délicatement adaptés aux personnages, ce qui ajoute au charme d’une histoire où la fragilité côtoie la détermination. Un théâtre musical et finement joué à voir en famille sans hésiter.

Christelle ZAMORA
 www.ruedutheatre.info

Cie La Dame de pique
Interprètes : Marie Claire Delay et Marc Lallement
Mise en scène : Marie Anne Gorbatchevsky
Lumières : Laurent Aranda

Avignon OFF - L’Albatros 10h30, relâche le 18.
Réservation : 04 90 85 23 23

Photo © DR

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle Zamora - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche