Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

14 juillet 2007 6 14 /07 /juillet /2007 18:42
BOBO DE NYMPHO

La quarantaine un brin désabusée, une « bobo » obsédée par le sexe égrène ses confidences sur scène. Un rôle justement taillée à la mesure de Sophie Mounicot, dans une mise en scène inventive et efficace.

Quand on a tout juste quarante ans (depuis déjà quelques années), une fille vraiment adorable (mais beaucoup trop adolescente) et une kyrielle d’ex-hommes de sa vie, assumer son âge, sa maternité et son célibat n’est pas toujours chose facile. Et quand la coupe finit de déborder, Sophie Mounicot décide de prendre le taureau par les cornes… et de fuguer. Une fugue qui la conduit tout droit sur la scène du Théâtre du Monte-Charge où elle déverse ses rancunes, ses frustrations et ses regrets. Avec un humour à la fois cynique et trivial qui fait le délice de certains.
 
Droite, dans sa magnifique robe de velours vert, Sophie Mounicot incarne à merveille cette quadra malheureuse et bougon, qui nous parle de sexe quand elle rêve d’amour et de désir quand elle pense reconnaissance. Servie par ailleurs par sa naturelle voix chaude et suave, elle joue des intonations avec grâce. Et de ses autres atouts avec… talent !

On peut cependant regretter que le texte se focalise trop souvent crûment sur les choses du sexe. Même s’il s’agit ici avant tout d’une question de goût, en livrer un peu plus sur les relations mères-filles, par exemple, aurait apporté davantage de consistance au personnage.

Reste que le texte est bien écrit et surtout superbement mis en scène par Roland Marchisio. Dont la scénographie rythme le spectacle et suggère les différents personnages évoqués par la comédienne par un subtil jeu d’ampoules et de claquement de portes. Ce spectacle d’humour  nous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas (encore) connaître. A suivre…

Karine PROST
www.ruedutheatre.info

Sophie Mounicot Au Théâtre du Monte Charge, Place de l’Horloge, tous les soirs à 21h15.

Photo © Karine Prost

Partager cet article

Repost 0
Published by Karine Prost - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche