Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 12:36
CONTE SORCIER POUR ADULTES

Un mariage. Une cérémonie avec ses invités. Une famille autour d’une table de banquet. Rien que de plus banal sans aucun doute. Pourtant, lorsque le public est convié à la messe et au repas de noce, un malaise certain s’installe.

Beaucoup de personnes semblent s’être désistées. Le reste, un ami du mari et quelques membres de la famille, s’égarent dans des conversations alimentées des lieux communs les plus ridicules dont le comique est symptomatique. Petit à petit, des allusions au passé, des insinuations ambiguës laissent percer des rancoeurs et des non-dits lourds de significations. La tribu règle ses comptes à fleurets de moins en moins mouchetés. Des secrets familiaux planent sur les retrouvailles. Le collègue de bureau se sent de plus en plus étranger. Les sujets tabous s’insinuent entre les mots, les attitudes, les regards. Le bonheur factice s’effrite petit à petit. L’harmonie moisit rapidement. Et, à l’instar du roman « Troisrives » de Michèle Vilet, la révélation finale expliquera tout.


La performance d’Anne-Cécile Vandalem et de Jean-Benoît Ugeux, auteurs du texte, est d’une richesse exceptionnelle. Les convives sont en effet des têtes filmées sur des écrans télé et interprétés par eux-mêmes, tout comme les mariés réellement présents sur le plateau. Ils incarnent donc l’une et l’autre trois hommes et trois femmes très différents avec le même naturel, comme si chaque protagoniste devenait facettes diverses d’un seul individu. Mais aussi comme si le réel et le virtuel s’avéraient si proches qu’il est devenu difficile de distinguer vérité et mensonge, image et présence.

La famille est utilisée en tant que révélatrice de comportements, centre de conflits latents, genèse de désirs troubles, bouillon de culture de rivalités castratrices, moule d’impératifs moraux et sociaux contraignants. La froideur du médium vidéo accentue le malaise. Les divulgations successives (parfois amenée par des pistes un peu voyantes du dialogue) mènent des mythes ancestraux à la réalité du siècle.

Michel VOITURIER
www.ruedutheatre.info

Texte, mise en scène et distribution : Anne-Cécile Vandalem, Jean-Benoît Ugeux.
Vidéo : Pierre Kisling et Yacine Sebti
Lumière : Pierre Willems
Production : Cie Résidence Catherine / Théâtre de la Place (Liège)

Au Festival Off d’Avignon jusqu’au 28 juillet (relâche le 16), au Théâtre des Doms à 11h.
Durée : 1h15 (0490 14 07 99)

En tournée : au Festival de Cahors (septembre 2007) ; à la Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq),, au Carré des Jalles de St-Médard en Jalles, au Théâtre Royal de Namur, au Théâtre de la Place à Liège, à Cluny (à partir de mars 2008)

Photo © Phile Deprez

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Voiturier - dans Festival Off 2007
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche