Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

10 juin 2005 5 10 /06 /juin /2005 00:00

UN BIEN FOU

Mercredi 8 juin 2005 à Avignon, Blandine Robert présentait son projet professionnel de fin d’études au conservatoire d’art dramatique d’Avignon. Un sans-faute.

Blandine Robert n’a pas choisi la facilité pour son spectacle de fin d’études. Adapter à la scène le grand Arthur Schnitzler ne relève pas de l’évidence. Et passionner le public avec un monologue intérieur, Mademoiselle Else, écrit par cet observateur aigu de l’atmosphère désenchantée de Vienne, à la fin du XIXe siècle, requiert encore plus de qualités. Mlle Robert prouve avec grâce que sa besace en est pleine.



Mlle Else est en villégiature de luxe. C’est le genre « chandail rouge et bas de soie ». Le genre aussi, il faut bien le dire, un peu snob. Le genre qui a le loisir de passer sa journée à scruter ses états d’âme : « Peut-être ne puis-je pas tomber amoureuse ? » Un monde où les préoccupations triviales n’ont pas cours, où les peines de cœur sont amorties par l’épaisseur des tapis. Mais un monde aussi où le mépris, la cruauté et le calcul peuvent saliver à fleur de lèvres, où les scrupules sont étouffés par le taffetas des rideaux parme ou ocre. Ça tombe bien, car la famille de Mlle Else la charge d’une mission de confiance : convaincre un monsieur riche de sa connaissance de prêter une somme conséquente à son père, au bord de la ruine. Convaincre, par tous les moyens…

Le rôle de cette jeune femme exige de la comédienne une palette de couleurs variées, subtiles, changeantes, une grande assurance et un profond sens de l’humour. La médiocrité n’est pas permise.

J’ai déjà vu jouer Blandine Robert plusieurs fois, dans des œuvres différentes. Mais je ne l’ai jamais vue, comme ici, aussi crâne, aussi nuancée, aussi précise, aussi juste, aussi drôle et aussi belle. De bout en bout. Total respect, l’artiste !

Inutile de vous préciser que Blandine Robert a obtenu son diplôme d’études théâtrales.

Continuez longtemps encore à briller de tous vos feux dans l’ombre de la scène, jeune femme : vous nous faites un bien fou.


Mademoiselle Else, d’Arthur Schnitzler
Sous la direction de Pascal Papini
Avec : Blandine Robert
Conservatoire d’art dramatique, salle Tomasi
4, rue Bertrand • Avignon
Tél.  : 04 90 85 80 87
Mercredi 8 juin 2005 à 18 heures

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche