Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

3 mai 2005 2 03 /05 /mai /2005 00:00

UNE ODE À LA SOUFFRANCE DES FEMMES

Ce spectacle a été donné, les 29 et 30 avril 2005, au Théâtre des Halles, après son succès au Festival off d’Avignon 2004.

C’est difficile de parler d’un spectacle comme Histoires d’elles. Pour au moins deux raisons : d’abord, parce que c’est presque plus de la poésie que du théâtre ; ensuite parce que l’essentiel repose sur l’interprétation d’une seule comédienne, en l’occurrence Sandrine Bestel.



Deux histoires d’enfermement se croisent. La première est inspirée du recueil de Clarissa Pinkola Estés, Femmes qui courent avec les loups, et plus particulièrement d’une histoire, « Peau de phoque, peau d’âme »  : « Un pêcheur a volé la peau d’une femme phoque alors qu’elle se baignait nue. Il la lui rendra dans sept ans, si elle l’épouse. Ils se marient et donnent naissance à un enfant : Oruc. Après sept années, la femme phoque dépérit ; elle éprouve un besoin vital de retrouver l’élément liquide, de retourner vivre dans la mer, mais le pêcheur refuse de lui rendre sa peau… » La seconde raconte la vie d’Elle et de Nacim, ici et maintenant. Ils se sont rencontrés à Barbès, se sont plu, se sont aimés (« c’est pas qu’il faisait mieux l’amour, Nacim, mais il “correspondait”  », dit Elle), se sont mariés et ont eu deux enfants, très « café crème ». Alors, tout va bien ? Ben, non, parce que Nacim arbore, depuis peu et de plus en plus, le visage terrifiant d’un intégriste musulman…

Le texte de Sandrine Bestel et de Mathieu Uhl est incrusté de générosité, de tolérance, de poésie, d’humour. De lucidité aussi, car ce n’est pas un hymne gnangnan à l’amour universel. C’est même un appel à la vigilance et une ode à la souffrance des femmes.

La mise en scène, les éclairages, la musique d’accordéon ont l’intelligence modeste de servir simplement d’écrin à la comédienne, seule en scène.

Celle-ci, Sandrine Bestel, totalement impliquée, nous amuse et nous émeut, nous emporte sur la vague du verbe. Nous nous souviendrons longtemps de son regard, irradiant et bouleversant, quand elle nous fait passer la photo de « ses » enfants.


Histoires d’elles, de Mathieu Uhl et Sandrine Bestel
Avec l’aide amicale de Philippe Dorin
Compagnie du Petit-Tulle, 1, rue Affre • 75018 Paris
Tél. : 01 42 52 32 91
Courriel : mathieuu@free.fr
Mise en scène : Mathieu Uhl
Avec : Sandrine Bestel et Mathieu Uhl (accordéon)
Théâtre des Halles, rue du Roi-René • Avignon
Tél. : 04 90 85 52 57
Réservations : 04 32 76 24 51
Courriel : theatrehalles-cie.timar@wanadoo.fr
Site : www.theatredeshalles.com
Les 29 et 30 avril 2005 à 20 h 30
15 € et 12 €, 10 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche