Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

6 avril 2005 3 06 /04 /avril /2005 00:00

UNE ŒUVRE VISIONNAIRE

Le sous-titre du spectacle dit bien ce qu’il veut signifier : « un projet de fiction minimaliste, d’après l’œuvre de John Brunner ». Ce monsieur a écrit, en 1972, son 1984 à lui, Le Troupeau aveugle. L’action se déroule au XXIe siècle aux États-Unis. C’est-à-dire maintenant et ici ! L’histoire débute à Noshri (Afrique), où la guerre civile, telle une chrysalide perverse sur qui se cristallisent toutes les peurs, a fait éclore son papillon de sang. Une énorme quantité de Nutripon, aliment de synthèse produit par le trust industriel Bamberley, est envoyée sur place par le Secours mondial, et empoisonne la population entière. Les médias américains s’emparent de l’affaire : scandale à la une ! Les groupes écologistes radicaux se révoltent un peu partout dans le pays…

Or, donc, les groupes en présence sont les suivants : 1. les Trainites, mouvement écologiste aux actions parfois très violentes. Il tire son nom de celui de son inspirateur, Austin Train, disparu depuis plusieurs mois ; 2. le trust Bamberley, dirigé par Jacob Bamberley, le plus gros trust alimentaire et pétro-chimique américain ; 3. le Secours mondial, la plus importante organisation humanitaire aux États-Unis, présente notamment en Afrique et dirigée par Gerry Thorne.



Quant aux principaux personnages, ce sont : 1. Augustin Train, écrivain, écologiste, libre-penseur. Il vit reclus dans un immeuble pourri après une période de gloire. Les Trainites se revendiquent de ses idées ; 2. Prexy, président des États-Unis ; 3. Jacob Bamberley, p.-d.g. du trust Bamberley, qui produit le Nutripon. Père adoptif de nombreux enfants ; 4. Gerry Thorne, président du Secours mondial ; 5. Petronelle Page, présentatrice vedette du plus célèbre show télé américain ; 6. Hugh Pettingill, étudiant, fils adoptif de Jacob Bamberley.

Tout ça n’a pas l’air de relever de la franche rigolade, c’est le moins que l’on puisse dire ! (Je vous répondrai qu’au théâtre, on n’est pas là, non plus, forcément pour se fendre la poire, faudrait pas l’oublier !) John Brunner, visionnaire ? Certes, et si on réfléchit un tout petit peu, il ne s’est pas tellement gourré ! On peut même remplacer les noms des groupes en présence et des personnages principaux par des noms actuels…

La première étape de travail qu’a donnée Inouï Productions ! est déjà une bonne mise en bouche, qui fait saliver pour le spectacle final. Ma seule réserve, mais importante : Nicolas Gény (qui interprète tous les personnages, et par ailleurs excellent comédien, voir Cairn, par exemple) surligne le texte par son ton métallique, monocorde et par sa position statique. Ce ton est certes au diapason du sujet, mais point n’est besoin d’en remettre une couche.

En revanche, l’utilisation de la technologie, envahissante, est, pour une fois, totalement justifiée. De même que la musique de Guigou Chenevier est en osmose, de bout en bout, avec le propos.

Ce Troupeau aveugle, quand il sera achevé, a toutes les chances d’être passionnant.


Le Troupeau aveugle, première étape de travail
Inouï Productions ! (Marie Wolff) 26, rue des Teinturiers
• Avignon
Tél./Télécopie : 04 90 89 13 49 – Portable : 06 68 84 58 99
Courriel : Marie Wolff
Musique : Guigou Chenevier
Jeu : Nicolas Gény
Images : Érick Priano
Théâtre des Doms, 1 bis, rue Escaliers-Sainte-Anne
• Avignon
Jeudi 31 mars 2005 à 18 heures
6 € et 3 €, pass 15 €/div>

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Chroniques 2005-06
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche