Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

30 juillet 2005 6 30 /07 /juillet /2005 00:00

NOTRE MONDE VULGAIRE POSTILLONNE LA FÉROCITÉ À GROSSES GOUTTES

« Zoo Story » m’a permis de terminer ce Festival d’Avignon 2005 en beauté. Avec un excellent comédien : Éric Cugnot.

Peter, costume et pochette élégants, a l’habitude de venir se reposer, rêver et lire dans un coin précis de Central Park. C’est un homme policé, bien élevé, cultivé, propre sur lui. Mais il déteste être dérangé, qu’on entre par effraction dans son monde quiet. Ça tombe mal, car arrive Jerry, fringues de prolo chiffonnées, qui lui demande à brûle-pourpoint : « Ça vous ennuierait qu’on cause un peu ? »



Dès cette réplique, somme toute banale, il est trop tard. Parce que, à cet instant, Edward Albee vient d’huiler les rouages rouillés de la tragédie, tapie dans le noir. Comme si cette salope n’attendait que ça pour se jeter sur les deux hommes et les bouffer tout crus. Morceau par morceau.

Zoo Story, comme toute grande œuvre, porte dans son ventre une tripotée d’interrogations sur notre monde vulgaire, qui postillonne la férocité à grosses gouttes. L’histoire du zoo qui nous est contée, c’est celle d’un zoo humain et de sa loi de la jungle, qui n’a rien à envier aux animaux. Souvenons-nous que Plaute l’avait reconnu il y a très longtemps (in Asinaria, II, 4, 88) : Homo homini lupus, « l’homme est un loup pour l’homme ».

Dans un lieu – Le Vieux Balancier – qui oblige à rogner les décors et à étriquer les gestes et les déplacements, les deux comédiens s’en sortent largement avec les honneurs. Bruno Dairou, parfois parfaitement dans les chaussures de Peter, parfois marchant à côté, crédibilise néanmoins globalement son rôle ingrat. Éric Cugnot, lui, constamment d’une justesse au rasoir, peint Jerry avec une palette de couleurs extrêmement large. Son visage, sa bouche et son regard sont comme un paysage qui passerait par toutes les variations possibles de soleil, de nuages, de pluie et d’orages. C’est l’un des plus beaux travaux d’acteur que j’ai pu admirer en ce Festival 2005.


Zoo Story, d’Edward Albee
Traduction : Élisabeth Janvier
Théâtre Lisière 113, avenue de la Chesnaie • 95220 Herblay
Tél. : 01 42 51 44 81 – Portable : 06 16 48 41 07
Courriel : cugnot.eric@wanadoo.fr
Mise en scène : Éric Cugnot
Avec : Bruno Dairou (Peter) et Éric Cugnot (Jerry)
Création lumière : Alexandre Ursini
Photo : Emmanuel Sandorfi
Le Vieux Balancier 2, rue d’Amphoux • Avignon
Tél. : 04 90 82 41 91
Du 8 au 30 juillet 2005 à 16 h 30
Durée : 1 h 15
Tarifs : 11,50 € et 8 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2005
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche