Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

27 janvier 2005 4 27 /01 /janvier /2005 00:00

LÀ OÙ SOUFFLE LE CIVISME

C’est la première fois que je fais un reportage sur une compagnie de théâtre. Qui plus est, à Amiens, moi qui suis journaliste avignonnais. Certes, j’écris des articles sur le théâtre depuis une quinzaine d’années. Certes, j’ai déjà vu à l’œuvre Nicolas Derieux. Mais qu’en est-il de cette Soufflerie ? Sur quelles bases a-t-elle été créée ? Est-ce juste une compagnie de plus ?

Selon Sami Tékaya, membre du conseil d’administration de l’association éponyme, la compagnie la Soufflerie, à Amiens, s’incarne avant tout en la personne de Nicolas Derieux, son directeur artistique. Dès 2000, ce dernier explique son projet à M. Tékaya : non pas créer une compagnie de théâtre de plus, juste pour produire des spectacles et rester dans une tour d’ivoire, mais s’immerger dans la société, c’est-à-dire, entre autres, « participer à des actions civiques avec des gens de milieux différents, faire découvrir le théâtre à des personnes qui n’y vont pas habituellement ». En d’autres termes, que martèle M. Tékaya : mettre en œuvre « une action pédagogique ».

Il ne s’agit pas pour autant d’imposer un « message » prémâché, de prêcher la révolution aux classes laborieuses à partir d’un catéchisme laïc gravé dans le marbre. Non, il est tout simplement – si j’ose dire, car rien n’est plus difficile ! – question de faire réfléchir. La plus belle locution verbale qui soit.

Par ailleurs, Sami Tékaya constate, admiratif, que Nicolas Derieux a dit dès le début de l’aventure ce qu’il allait faire et a fait depuis ce qu’il avait dit. Et les réalisations de la Soufflerie ne manquent pas :
• action théâtre en direction d’un public retraité ;
• action théâtre contre le racisme ;
• action théâtre journée des femmes ;
• action théâtre en milieu hospitalier auprès d’enfants en rééducation fonctionnelle avec l’équipe soignante du CHU d’Amiens ;
• stage clown ;
• ateliers adultes, adolescents, enfants ;
• cours de théâtre à l’université de Picardie Jules-Verne ;
• Labothéâtre (saison Matéï Visniec, saison Dino Buzzati), etc.

Sans oublier les créations théâtrales proprement dites : L’Homme ailé, S.E.N.S., Les Croquettes, Textes en poubelle, Dans la solitude des champs de coton, Toby ; et celles à venir : Gepetto, sculpteur de marionnettes ; Le Moine ; Utopie à crédit. Comme une boulimie de beauté et de don.

Mais comment arrive-t-on à réaliser tout ça ? Une partie de la réponse vient de M. Kétaya : « Ce que j’admire chez Nicolas, c’est qu’il sait s’entourer et convaincre des gens d’horizons divers. Sa force de persuasion, sa capacité à repérer et faire émerger les talents de chacun sont une énorme richesse. » Émilie Gévart, comédienne-formatrice associée de la Soufflerie, va dans le même sens : « La personnalité, la volonté et l’énergie de Nicolas m’entraînent énormément. Ce que je réalise au sein de la Soufflerie est très formateur. Comme nous nous frottons à des publics très différents, je vis une expérience très riche sur le plan humain et sur le plan civique. » J’ajoute, personnellement, que cet homme souriant aux yeux clairs est un très gros travailleur. En outre, il sait parfaitement ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas, qualité extrêmement rare.

Quant au Labothéâtre, « chouchou » de Nicolas Derieux, c’est peut-être le parangon de la démarche artistique et civique de cet Amiénois. C’est « un espace et un temps consacrés à la recherche et à l’expérimentation théâtrales, une étude des différentes techniques du jeu d’acteur, une transmission des techniques théâtrales ». Quoi qu’il en soit, l’exigence première, c’est de donner confiance à chacun, au-delà de la production d’un spectacle. Cette activité apporte sans conteste beaucoup aux participants : il suffit de regarder la flamme qui danse sur la piste de leurs pupilles.

Mais c’est aussi une remise en cause professionnelle et humaine permanente du directeur artistique de la Soufflerie, face à ces personnes de provenances et d’expériences si diverses. Il faut beaucoup de courage et de lucidité pour l’assumer. Et ça le passionne, le bougre !

En ce qui concerne la volonté de partage des émotions et du « faire réfléchir », j’ai constaté par moi-même, lors d’une représentation publique, que c’était immédiatement lisible pour tout type de spectateur. D’ailleurs, c’est l’auteur Matéï Visniec qui définit probablement le mieux la réussite de l’entreprise : « Le Labothéâtre apporte quelque chose d’extraordinaire : une fraîcheur et une manière de parler de choses terribles, mais de façon ludique. C’est ce que j’aime le plus. Et puis c’est vraiment un grand bonheur parce que la Soufflerie a su associer autour de cette opération d’autres artistes, c’est-à-dire des peintres, des sculpteurs, des photographes, ce qui est vraiment un travail rare, unique. »


La Soufflerie, compagnie de théâtres
12, place Vogel • 80000 Amiens
Tél. : 03 22 72 38 11
www.lasoufflerie.fr
compagnie@lasoufflerie.fr
Directeur artistique : Nicolas Derieux
nicolas.derieux@lasoufflerie.fr
Administratrice : Anne-Laure Saillard
annelaure.saillard@lasoufflerie.fr
Régie générale : Didier Malaizé
Technique et installation : Philippe Letailleur
Photos : Bernard Deray
Comédiens associés : Émilie Gévart, Philippe Sivy, Sébastien Tellier, Alexis Tripier
Artistes associés : Fabrice Planquette, Christine Moreau, Jean-Sébastien Leblond-Duniach, Daniel Lopata, Sophie Shaikh
En 2004-2005, la Soufflerie est soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Picardie, par le conseil régional de Picardie. Elle reçoit également le soutien d’Amiens-Métropole pour le Labothéâtre / saison Dino Buzzati. Elle a une convention avec la Fédération Léo-Lagrange de Picardie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans En bonne compagnie
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche