Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

13 juillet 2004 2 13 /07 /juillet /2004 00:00

UNE GRANDE CLAQUE EN PLEINE GUEULE

Pourquoi vous raconter l’histoire d’Hamlet ? Shakespeare a touillé dans le chaudron des passions humaines : amours, complots, assassinats, démesure… Éros et Thanatos sont prêts pour une longue route. Une route inéluctable. À sens unique.

Immédiatement nous sommes cernés par la tragédie en marche : un peintre (Florica Malureanu) a dessiné l’enclos des folies de l’homme, avec une minutie d’enlumineur. Nous ne sortirons plus du cercle sacré.



Pourquoi analyser, pourquoi disséquer le plaisir ? Pourquoi vouloir comprendre à tout prix ? Vous allez prendre une grande claque en pleine gueule. Vous allez en prendre plein les yeux, plein les oreilles (Horváth Karoly), plein le corps, plein le cœur. Un ouragan rageur vous bousculera, vous balaiera, vous emmènera très loin. Ailleurs. Au pays de la Beauté.

La troupe franco-roumano-hongroise de douze comédiens – oui, douze ! – est totalement engagée dans la bataille théâtrale. Jean-Marc Hérouin impose avec grâce un Claudius de grande classe. Olivier Comte, inouï, bouffonne magistralement un ébouriffant Polonius. Máté P. Gábor rugit, feule, miaule un Hamlet brûlant dont on se souviendra longtemps. Ioana Craciunescu, au port de reine, rend évidente Gertrude, folle d’amour, tigresse racée prête à sauter sur sa proie. La scène, c’est sa tanière. Adriana Butoi nous tétanise avec sa vibrante Ophélie. Keresztes Sándor, Körösi Csaba et Codrina Pricopoaia assument magnifiquement leurs rôles de comparses.

La mise en scène d’Anca Bradu est d’une limpidité exemplaire.

À ce niveau-là, le théâtre, c’est le pain. C’est grâce à des artistes comme ceux de Hamlet.intolérable que je continue de vivre.


Hamlet.intolérable, d’après William Shakespeare
Adaptation : Sebastian-Vlad Popa et Anca Bradu
Mise en scène : Anca Bradu
Cie Spleen d’or • Bucarest (Roumanie)
En coproduction avec le théâtre d’État Pétofi Sandor • Veszprem (Hongrie) et Enfants planète esperanza • Paris (France)
Contacts : Françoise Fougea (06 83 85 66 64)
et Claire Didoin (06 15 01 73 89)
Projet théâtral qui a reçu le soutien du programme Culture 2000 de l’Union européenne
Décors et costumes : Florica Malureanu.
Musique : Horváth Karoly
Chorégraphie : Malina Andrei
Avec Máté P. Gábor, Keresztes Sándor, Nyirko Istvan, Körösi Csaba, Ioana Craciunescu, Adriana Butoi, Codrina Pricopoaia, Olivier Comte, Jean-Marc Hérouin, César Méric, Cédric Orin et Vincent Priou Delamarre
Théâtre du Bourg-Neuf, 5 bis, rue du Bourg-Neuf • Avignon
Tél. : 04 90 85 17 90
Du 8 au 31 juillet sauf 17 et 18 juillet à 14 h 45 (1 h 45)
13 € et 9 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2004
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche