Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

28 juillet 2004 3 28 /07 /juillet /2004 00:00

 

IL VA FALLOIR RÉGLER LES COMPTES

 

 

Quoi de plus douloureux pour un fils que la perte de son père ? Arrabal, apparemment, ne s’en ai jamais remis. Mais quoi de pire si cette mort est due à la trahison de sa mère ?

Alors, il va falloir régler les comptes ! C’est le sujet de Lettre d’amour comme un supplice chinois. Supplice, car le fils ne peut s’empêcher d’aimer sa mère passionnément.



Tout le monde parle de l’interprétation extraordinaire de Victoria Cocias. En ce qui me concerne, je pense que son jeu est emphatique, larmoyant, grandiloquent, donc peu émouvant.

En revanche, Dragos Stemate, plus sobre, plus nuancé, plus intériorisé me convainc beaucoup plus, sans toutefois me tirer les larmes.

La mise en scène de Radu Dinulescu est fluide et efficace.

 


Lettre d’amour comme un supplice chinois, de Fernando Arrabal
Mise en scène : Radu Dinulescu
Avec Victoria Cocias (la mère), Dragos Stemate (le fils) et Emilia Dobrin (la voyante)
Décors et costumes : Sanda Mitache
Musique : QUED
Théâtre du Bourg-Neuf, 5 bis, rue du Bourg-Neuf • Avignon
Tél. : 04 90 85 17 90
Du 8 au 31 juillet à 19 heures (1 heure)
10 € et 7 €
Avec le concours de l’Agence intergouvernementale de la francophonie (ministère de la Culture)
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2004
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche