Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvez nos critiques théâtrales sur :
Les informations sur nos cours d'improvisation théâtrale à Paris :

Musarder



Inscrivez-vous
au Club des abonnés (gratuit)




Découvrez nos cours d'improvisation théâtrale

Tous niveaux - 7e année

Les inscriptions sont ouvertes pour les cours d'improvisation à Paris qui débutent en septembre. Au choix, en français ou en anglais.



Nouveau !

Rejoignez notre cours d'impro en anglais :



Coaching prise de parole

           

Mois Après Mois

Festival d'Avignon

15 juillet 2004 4 15 /07 /juillet /2004 00:00

LE POUVOIR EST UNE DROGUE DURE

Être le premier à tout prix, y compris le pire.

Un homme fait la queue ou se prépare à faire la queue : on ne sait pas… Puis un second s’immisce, et la situation se corse. Qui va être le premier ? Qui va être le second ? Le second ou le deuxième ? Car d’autres peuvent arriver et changer la donne…

Le Premier est d’une tragique actualité. En ces temps âpres, où l’homme d’en haut est un loup pour l’homme d’en bas, la pièce d’Israel Horovitz appuie là où ça fait mal. C’est une leçon de lucidité, avec des mots légers, mais lourds de conséquences et gorgés d’humour noir. Visiblement, Horovitz observe avec une extrême minutie l’âme de ces quatre hommes et de cette femme. Il extrait le suc de cette grappe humaine, presse le jus jusqu’à la lie. Jusqu’à l’hallali ? Le pouvoir est une drogue dure…

La mise en scène du jeune Bruno Ladet se remarque à peine : c’est un ballet réglé comme du papier à musique. À l’image du bonhomme : taiseux mais efficace. Et profond.

Malgré une traduction de Claude Roy qui sent parfois trop l’américain, qui témoigne de l’idée que les écrivains ont des gens ordinaires, les comédiens sont d’une redoutable générosité. Christian Canot dessine, mine de rien, un Dolan cauteleux et roublard qui n’a pas les moyens de ses ambitions. Éric Cugnot compose un Arnall attachant et pitoyable, écartelé entre deux sexes. Laurent Battist interprète avec truculence et humanisme un Fleming rugueux battu d’avance, Sandrine Bestel incarne de tout son corps une Molly plus maligne et plus aimante qu’on ne croit, enceinte de toutes les blessures des femmes. Nicolas Beaucaire, enfin, se régale à nous offrir un Stephen machiavélique, bondissant, sûr de lui et terrifiant.


Le Premier, d’Israel Horovitz
Mise en scène : Bruno Ladet
Compagnie Nouvelle Éloïse, 3, Grand-Place • 95000 Cergy
Tél./Fax : 01 30 32 61 13
Contact : 06 77 75 68 55
Assistant à la mise en scène : Bruno Dairou
Avec Laurent Battist (Fleming), Nicolas Beaucaire (Stephen), Sandrine Bestel (Molly), Christian Canot (Dolan) et Éric Cugnot (Arnall)
Chorégraphie : Anne Blanchard
Création lumières : Alexandre Ursini
Théâtre des Halles, 4, rue Noël-Biret • Avignon
14 heures (1 h 10)
Tél. : 04 32 76 24 51
Tarifs : 14,5 € / 10 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent Cambier - dans Festival d'Avignon 2004
commenter cet article

commentaires

Chronique Fraîche